Légendes Littérature

Accueil > Littérature > Roland
La chnason de Roland est non seulement un mythe trés important des pyrénées mais c'est aussi une oeuvre trés importante dans la littérature médiévale française.

 

 

 

 

Inscrivez-vous !

 

 

 


"Roland a mis l'olifant à sa bouche
L'enfonce bien, sonne avec grande force".

Egarons nous sur le chemin du temps pour remonter au source d'un mythe fameux, aprés celui de Pyréne : Roland. Il fait partie de la poésie épique que l'on a scindé en trois cycles ; le cycle français (chansons de geste : Chanson de Roland, poémes sur les croisades...), le cycle breton ( légende d'Arthur, romans de la table ronde, Chrestien de Troyes...) et le cycle antique (roman d'Alexandre...).

En 778, Charlemagne, récent vainqueur des Aquitains et des Lombards, engage deux armées dans le nord de l'Espagne, tenu par les musulmans (émirat de Cordoue). Après avoir subi un revers sous les murs de Sarragosse (pour déloger le roi infidéle Marsile), les armées franques repassent les Pyrénées. Lorsque l'arrière-garde pénétre dans le défilé de Ronceveaux, les guerriers basques, montagnards irrascibles et jaloux de leur indépendance, attaquent. Cette embuscade coûte la vie à Roland, gouverneur de la Marche de Bretagne, l'un des plus fidéles lieutenants de Charlemagne dont la légende fera le neveu et bras droit (le destre braz del cors).
Voilà la réalité mais la légende a auréolé ce simple combat donnant naissance dés le XIe siécle, à l'une des plus grandes oeuvres de l'Europe médiévale : La Chanson de Roland. Longue de 4002 vers, distribués en 291 laisses assonancées d'inégale étendue, cette chanson de geste, oeuvre d'un poéte anonyme, fait des musulmans les meurtriers de Roland, tombé entre leurs mains àcause d'une trahison (celle de Ganelon). La figure de Roland ne sonnant de l'olifant que lorsque qu'il est sur le point de succomber, permettant ainsi à son roi de fuir tout danger, incarne le héros vertueux, fidéle à la fois à son seigneur et au Christ.

Depuis, chacun situe Ronceveaux chez soi, cite son passage dans sa vallée... jusqu'à la célèbre et magnifique brêche de Roland à Gavarnie ; formidable entaille faite d'un coup de Durandal, son épée. Tous les Pyrénéens se doivent de connaître cette épopée.

La Chanson de Roland (extraits)

Roland a mis l'olifant à sa bouche ;
L'enfonce bien, sonne avec grande force.
Hauts son les monts et la voix porte loin :
A trente lieues se répéte l'écho.
Charles l'entend et tous ses compagnons.
Le roi dit "Nos hommes livrent bataille !"
Répond Ganelon : "Qu'un autre l'eût dit,
Ces paroles sembleraient grand mensonges".
Roland, à grand-peine et à grand effort,
A grande douleur, sonne l'olifant.
Et de sa bouche jaillit le sang clair,
Et de son crâne la tempe se rompt.
Du cor qu'il tient, le son porte fort loin :
Charles l'entend, lui qui passe les ports.
Naimes l'entend avec tous les Français.
Le roi dit "J'entends le cor de Roland.
N'en sonnerait, s'il ne livrait bataille."
Répond Ganelon : "De bataille, point !
Vous êtes vieux, tout fleuri et tout blanc :
Par vos paroles semblez un enfant.
Vous savez le grand orgueil de Roland :
C'est merveille que Dieu le souffre encore ...
Pour un seul liévre, il va sonnant du cor ;
Devant ses pairs doit encor s'amuser...
Comte Roland à la bouche sanglante.
De son crâne la tempe sest rompue.
Sonne l'olifant à grande douleur.
Charles l'entend et ses Français l'entendent.
Le roi dit : "Ce cor a bien longue haleine !"
Répond Naimes : "Un baron y prend peine !
C'est bien une bataille, j'en suis sûr.
L'a trahi, qui vous en veu détourner.
Armez-vous et criez le ralliement
Et secourez votre noble maison :
Assez oyez que Roland se lamente !"
L''empereur sitôt fait sonner ses cors.
Les Français mettent pied à terre et s'arment
De hauberts, heaumes, épées ornées d'or.
Ont des écus, de grands et forts épieux,
Des gonfanons blancs et vermeils et bleus.
Tous les barons montent leurs destriers .
Eperonnent au long des défilés.
D'eux tous, pas un seul qui ne dise à l'autre :
"Si nous voyions Roland encore vivant,
Avec lui nous donnerions de grands coups."
Mais à quoi bon ? Ils ont trop attendu.
Roland repart, pour parcourir le champ.
Son compagnon Olivier il retrouve.
Contre son coeur étroitement le serre.
Comme il peut, il revient vers l'archevêque.
Sur un écu il étend Olivier,
Et l'archevéque le signe et l'absou.
Lors redoublent le deuil et la pitié ;
Roland dit : "Beau compagnon Olivier,
Olivier, étiez fils du duc Renier
Qui tient la marche du val de Runers
Pour rompre lance et briser les écus,
Pour vaincre et abattre les insolents,
Soutenir, conseiller les hommes sages.
Pour les malfaisants vaincre et écraser,
En nul lieu ne fut meilleur chevalier."
Le comte Roland, quand voit ses pairs morts,
Parmi eux, Olivier qu'il aimait tant,
S'en trouve ému et se met a pleurer.
Son visage a perdu toute couleur.
Si grand son deuil qu'il ne peut rester droit ;
Le veuille ou non, tombe à terre, pamé.
Turpin (l'archevêque) dit : "Baron, c'est pitié de vous !"
L'archevêque, quand vit Roland pamé,
Ressent de sa vie la plus grande douleur,
Il étend la main et prend l'olifant.
A Ronceveaux se rencontre une eau vive :
Veut y aller, en donner à Roland.
A petits pas il s'en va chancelant,
Mais est si faible qu'il ne peut avancer ;
Force lui manque, trop a perdu de sang ;
Avant qu'il ait pu franchir un arpent,
Tombe, défaille, la tête en avant,
Et le gagne sa mort par dure angoisse.
Comte Roland revient de pâmoison.
Se dressent debout mais agrand douleur.
Regarde en aval, regarde en amont,
Sur l'herbe verte, auprès ses compagnons,
Il voit là gisant le noble baron,
L'archevêque, représentant de Dieu,
Qui crie sa coulpe ; il a levé les yeux ;
Vers le ciel a tendu ses mains jointes,
Prie Dieu qu'il lui donne le paradis.
Voici mort Turpin, le guerrier de Charles,
Par grandes batailles et par beaux sermons,
Contre les paiens il fut son champion,
Dieu lui ait sainte bénédiction...


Autre légende liée à cette expédition militaire menée par Charlemagne en Espagne : l'apparition de l'apôtre saint Jacques au roi franc. Grâce à son intercession, les Francs auraient vaincu les Maures à Pampelune. C'est en 829, à l'époque où l'on découvrit le corps de saint Jacques que fut construit à Compostelle, en Galicie le sanctuaire tant vénéré. Les pélerins en route vers le lieu saint, ne manquent jamais l'occasion de s'arrêter à Ronceveaux pour prier pour la paix de l'âme de Roland.

Liste de discussion, liens, charte... Accueil du site.. Littérature, chants, photos, peinture... Les Pyrénéistes, les grandes dates, le monde minéral et vivant... Flore, Faune, Randos, Patrimoine...